Sécurité alimentaire, nutrition et agriculture durable : la stratégie française [es]

L’insécurité alimentaire concerne actuellement 1 personne sur 9 dans le monde. Malgré les efforts déjà engagés, la situation se dégrade depuis 2015. En 2050, il sera nécessaire de nourrir convenablement 10 milliards d’êtres humains et ce malgré les effets du changement climatique. Pour y parvenir, il est impératif de revoir nos systèmes agricoles et alimentaires et de soutenir un développement rural durable.

Avec ses partenaires, la France est pleinement engagée dans cette transformation. Sa Stratégie internationale pour la sécurité alimentaire, la nutrition et l’agriculture durable (2019-2024) constitue sa nouvelle feuille de route.

Quelques définitions
Sécurité alimentaire et nutritionnelle :
La France partage la définition de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (http://www.fao.org/cfs/cfs-home/fr/) : La sécurité alimentaire et nutritionnelle existe lorsque les êtres humains ont, à tout moment, la possibilité physique, sociale et économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.
Malnutrition : La malnutrition est un mauvais état nutritionnel, du fait d’un apport en
nutriments insuffisant en quantité et en qualité ou d’une mauvaise assimilation des nutriments par l’organisme

Le contexte mondial

La faim a augmenté ces dernières années ; les progrès en matière de malnutrition sont trop lents et l’obésité augmente dans toutes les régions du monde :

  • Plus de 2 milliards de personnes, soit 26.4% de la population mondiale, sont en situation d’insécurité alimentaire grave ou modérée.
    • 820 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire grave, c’est-à-dire qu’elles souffrent de la faim.
      • 6 personnes sur 10 souffrant de la faim vivent dans des pays touchés par un conflit
      • 6 personnes sur 10 souffrant de la faim sont des femmes
    • 1.3 milliards de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire modérée, c’est-à-dire qu’elles ne disposent pas d’un accès régulier à des aliments sains et nutritifs en quantité suffisante.
  • L’obésité touche 670 millions d’adultes et devient également un enjeu central.
  • L’Afrique est la région la plus touchée par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle : 20% de la population y est sous-alimentée ; la malnutrition y est encore largement présente et les taux d’obésité y augmentent rapidement.

La nourriture ne manque pas, mais le changement climatique, les conflits et la pauvreté des ménages ruraux perturbent l’accès, la disponibilité régulière ou la qualité des aliments propres à la consommation.

L’accès à une nourriture de qualité est pourtant la condition indispensable du développement humain. L’Objectif de Développement Durable 2 affirme la volonté d’un monde libéré de la faim à l’horizon 2030.

Comment lutter contre l’insécurité alimentaire ?

Pour mettre un terme à ces inégalités et nourrir convenablement la population mondiale, il est capital de transformer les systèmes agricoles et alimentaires. L’agriculture doit être plus durable et performante sur les plans économique, social et environnemental afin d’assurer la sécurité alimentaire et la santé des individus mais aussi le développement des pays.

Les 5 axes de la nouvelle Stratégie internationale de la France pour la sécurité alimentaire, la nutrition et l’agriculture durable (2019-2024) :

  1. Renforcer la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire et de la nutrition. La France souhaite jouer un rôle moteur pour améliorer l’efficacité et la coordination des acteurs internationaux dans ces domaines ; au centre de cette gouvernance figurent les institutions onusiennes basées à Rome ;
  2. Développer des systèmes agricoles et alimentaires durables pour faire face au changement climatique et à l’érosion de la biodiversité. Cela passe notamment par la promotion de pratiques agricoles durables comme l’agroécologie.
  3. Renforcer l’action française sur la nutrition pour agir de façon intégrée sur les différents facteurs menant à la sous-nutrition des jeunes enfants et des femmes enceintes et allaitantes, comme l’accès à des aliments de qualité, à l’eau potable, à de bonnes conditions d’hygiène.
  4. Appuyer la structuration de filières agroalimentaires durables pour favoriser la création d’emplois décents dans les territoires ruraux, notamment pour les jeunes. En effet, dans les pays en développement, ces filières agro-alimentaires représentent un gisement d’emplois à soutenir. L’inclusion des agricultures familiales dans ces filières est un enjeu clé.
  5. Renforcer les actions d’assistance alimentaire aux populations vulnérables et améliorer leur résilience. Dans un contexte de crises alimentaires récurrentes, il s’agit de permettre à ces populations de retrouver leur autonomie alimentaire.

Comment la France agit-elle déjà ?

La France s’engage pour garantir à tous une alimentation saine, nutritive et suffisante notamment à travers :

  • Les projets de terrain de l’Agence Française de Développement, qui a engagé 935 millions d’euros en 2018 pour le développement agricole et la sécurité alimentaire.
  • Son action diplomatique dans les enceintes onusiennes mais aussi auprès de l’Union européenne ou dans le cadre des G7 et des G20
  • Les programmes de ses établissements de recherche, notamment du CIRAD, l’IRD et l’INRA,
  • L’aide alimentaire programmée, dotée de 40 millions d’euros en 2019 pour aider les populations à retrouver leur autonomie alimentaire et leurs moyens de production et améliorer leur résistance aux potentielles futures crises.
PDF - 5.5 Mo
Stratégie internationale de la France pour la sécurité alimentaire, la nutrition et l’agriculture durable
(PDF - 5.5 Mo)

En savoir plus sur la politique française de développement : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/developpement/politique-de-developpement-la-strategie-de-la-france/

publié le 12/11/2019

haut de la page